tartufe

tartufe ou tartuffe [ tartyf ] n. m. et adj.
• 1665; de Tartufo, personnage de la comédie italienne, it. tartufo « truffe », repris par Molière en 1664
Vieilli Faux dévot. bigot, cagot.
Mod. Personne hypocrite. hypocrite. « il s'y entend pour prendre des airs de tartufe, quand il veut » (R. Guérin). Adj. Il, elle est un peu tartufe.

tartufe ou tartuffe nom masculin (italien Tartufo, nom d'un personnage d'hypocrite dans la comédie italienne) Littéraire. Faux dévot. Personne fourbe, hypocrite. ● tartufe ou tartuffe (citations) nom masculin (italien Tartufo, nom d'un personnage d'hypocrite dans la comédie italienne) Alfred de Musset Paris 1810-Paris 1857 Mais je hais les cafards et la race hypocrite Des tartuffes de mœurs, comédiens insolents, Qui mettent leurs vertus en mettant leurs gants blancs. Premières Poésies, la Coupe et les lèvres tartufe ou tartuffe (difficultés) nom masculin (italien Tartufo, nom d'un personnage d'hypocrite dans la comédie italienne) Orthographe Au sens de « faux dévot » ou d'« hypo-crite », les deux graphies, tartufe et tartuffe, sont admises ; de même pour le dérivé tartuferie ou tartufferie. Mais le nom du personnage de Molière, Tartuffe, s'écrit avec deux f. ● tartufe ou tartuffe (synonymes) nom masculin (italien Tartufo, nom d'un personnage d'hypocrite dans la comédie italienne) Littéraire. Faux dévot.
Synonymes :
Personne fourbe, hypocrite.
Synonymes :
- jésuite

tartuf(f)e
n. m. (et adj.) Vx ou litt. Faux dévot.
|| Mod. Hypocrite, personne qui affiche de grands principes moraux auxquels elle ne se conforme pas.
adj. Je vous trouve assez tartufe.

⇒TARTUF(F)E, (TARTUFE, TARTUFFE)subst. masc. et adj.
I. — Subst. masc.
A. — Vieilli, fam. [P. réf. au personnage qui donne son nom à la comédie de Molière] Personnage qui, sous couvert de religion, affecte une dévotion et une vertu profondes, dans le but de séduire son entourage et d'en tirer profit. Les dévots n'existent plus. Il n'y a aujourd'hui que des imbéciles ou des tartufes (SAND, Corresp., t. 5, 1868, p. 262).
B. — Personnage pétri d'hypocrisie. Nous avons bien encore par-ci par-là quelques tartufes, mais dans le monde, le nôtre, la religion n'en fait plus, c'est un masque qu'elle a laissé à la politique (BAYARD, Mari camp., 1844, III, 8, p. 515). V. tartufier infra rem. ex. de Stendhal.
C. — Tartufe de + subst. indiquant le domaine. Tartufe de mœurs (Ac. 1835, 1878). Il aperçut l'honnête M. Balland, tartufe d'honnêteté (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 256). Tous ces tartuffes de patriotisme, tous ces Pharisiens(...), tous ces gens qui disent:Il n'y a que nous de purs (DESMOULINS ds Vx Cordelier, 1793-94, p. 229).
II. — Adj., littér.
1. Hypocrite. Elle savait de longue main à quoi s'en tenir sur Lebeau, ce valet tartufe (A. DAUDET, Rois en exil, 1879, p. 192). [Jaurès] avait, au temps des fiches, qualifié euphémiquement la délation de « contrôle civique », ce qui était un peu bien tartufe (L. DAUDET, Brév. journ., 1936, p. 126).
2. Qui appartient à un tartufe; qui en est l'expression. Un petit ton tartufe (BALZAC, Lettres Étr., t. 2, 1844, p. 279). 1er vendredi. Posé les deux leçons suivantes: l'art tartuffe et l'équilibre vers 1700? (MICHELET, Journal, 1844, p. 547).
REM. 1. Tartuffard, tartufiard, -arde, adj. et subst. masc., rare. a) Adj. De Tartuffe; qui appartient, est relatif à un tartufe. La fausse bonne femme, Mme de Galbois, vient me trouver dans un coin avec son air tartuffard, et, d'une voix désolée, me plaint longuement (GONCOURT, Journal, 1884, p. 336). Rien n'est plus propre à écarter de la religion aux arêtes nettes (...) que cet affadissement du verbe, que cette compote de lieux communs, que ce geste de bénédiction tartufiarde appliqué au médiocre comme au beau de l'âme, avec une préférence pour le médiocre (L. DAUDET, Brév. journ., 1936, p. 124). b) Subst. masc. [Chez Goncourt] Synon. de tartuf(f)e (supra I B). J'ai en moi un peu de colère, apportée par l'article de l'Événement de ce tartufard de Jules Case (GONCOURT, Journal, 1890, p. 1216). 2. Tartufier, verbe, rare. a) Empl. intrans. Avoir des manières de tartufe; faire le tartufe. (Dict. XIXe et XXe s.). b) Empl. trans. Donner un air de tartufe à. Julien est un hypocrite de grand style, à la Sixte-Quint. Il n'est ni plat, ni méchant, ni sale. Mais Tartuffe l'est-il? Vous vous plaignez qu'on vous tartufie Julien. Soit. Sorelisons Tartuffe (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 258). Part. passé adj. Hypocrite. Le moins obligeant, c'est sans contredit Lacombe l'aîné. C'est un tartufe (...). Son frère a le même caractère, avec moins de douceur parce qu'il est moins tartufié (STENDHAL, Journal, t. 3, 1809, p. 33). 3. Tartufisme, subst. masc. Synon. de tartuf(f)erie. (infra dér.). Hier, vu un journal de France avec des phrases dites par Jean Genet. Enfin, de la fraîcheur, quelque chose de vif et de hautain qui contraste avec cette pureté dégoûtante, ce tartufisme infect, cette sottise prétentieuse de notre époque (COCTEAU, Maalesh, 1949, p. 145).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. dep. 1694: tartufe (id. ds LITTRÉ). Étymol. et Hist. a) 1609 péj. (A. FUSY, Le Mastigophore, p. 62: Tu n'es qu'une [sic] tartuffe, qu'un butor, qu'un hapelourde); b) 1665 Tartuphe « hypocrite » (ROBINET, in Les Continuateurs de Loret, t. 1, p. 378 ds Fonds BARBIER: N'as-tu point de ces bons Artuphes (C'est qu'il vouloit dire Tartuphes) Qui font tant de bruit depuis peu, Et comme on dit sont tout à Dieu, Exceptez en le corps et l'âme); id. tartuffe (DE ROCHEMONT, Observations sur une comédie de Molière, intitulée Le Festin de Pierre, pp. 10-11). Empr. à l'ital. tartufo, att. dans un sens péj. (peut-être « trompeur, imposteur », cf. FEW t. 13, 1, p. 126b) dep. 1606 (G. DELLA PORTA, Lo Astrologo, IV, 7 d'apr. M. DIOT ds St. neophilol. t. 48, p. 221, où dans « Sei un tartufo », le mot est un qualificatif attribué à un personnage traité ant. de cavallo, bue, asino), issu p. métaph. de tartufo « truffe », du lat. pop. terrae tufer « id. » où tufer représente la forme osco-ombrienne du lat. tuber. Cf. ital. truffa « truffe », puis « plaisanterie » et « tromperie » (DEI), et fr. truffe qui subit la même évol. en a. et m. fr. (FEW t. 13, 2, p. 385a). Au vu de l'attest. 1609 supra, Molière n'a pas inventé le nom de Tartuffe, mais c'est sa comédie (représentée pour la 1re fois en 1664) qui est à l'orig. de la diffusion du mot dans la lang. cour. Fréq. abs. littér.:55.
DÉR. Tartuf(f)erie, (Tartuferie, Tartufferie)subst. fém. Comportement, maintien, paroles de tartuffe, d'hypocrite. L'hypocrisie est, chez une nation, le dernier degré du vice. C'est donc faire acte de citoyen que de s'opposer à cette tartuferie sous laquelle on couvre ses débordements (BALZAC, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 350). [Lord Alfred Douglas] pardonne à Gide (...) mais il ne l'en couvre pas moins de son mépris. La lettre est d'une étonnante tartufferie (GREEN, Journal, 1950, p. 334). V. archi- II B ex. de Clemenceau. — []. Ac. 1798-1935: tartuferie (id. ds LITTRÉ). — 1res attest. 1669 (A. DE GRAINDORGE, lettre à P.-D. Huet d'apr. L. TOLMER ds Fr. mod. t. 14, p. 209), 1743 tartuferie (Trév.); de tartuf(f)e, suff. -erie. — Fréq. abs. littér.: 34.
BBG. — HOPE 1971, p. 304. — MONTGOMERY (E. D.). Tartuffe. Mod. Lang. Notes. 1973, t. 88, pp. 838-840. — QUEM. DDL t. 37 (s.v. tartuffié).

tartufe ou tartuffe [taʀtyf] n. m.
ÉTYM. 1669; nom du principal personnage de la comédie de Molière, le Tartuffe ou l'Imposteur (1664), qui vient de Tartufo, surnom d'un personnage de la comédie italienne (littéralt, « la truffe »).
1 Vx ou littér. Faux dévot.
2 Mod. Personnage hypocrite. Archipatelin (cit.), 1. bigot, cafard, cagot, hypocrite.
0 Les Tartuffes, sous main, ont eu l'adresse de trouver grâce auprès de Votre Majesté, et les originaux enfin ont fait supprimer la copie, quelque innocente qu'elle fût, et quelque ressemblante qu'on la trouvât.
Molière, Tartuffe, « Premier placet » (1664).
Adj. (V. 1770). || Un abbé tartufe (→ Irréligion, cit. 1).
CONTR. Franc, loyal.
DÉR. Tartuferie ou tartufferie, tartuffard.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tartufe — TARTÚFE s.m. (Liv.) Tip uman ipocrit, făţarnic. [pron. tüf, var. (după alte surse) tartuf. / < fr. tartufe, cf. Tartufe – personaj din piesa omonimă a lui Molière]. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN  TARTUFE TüF/ s. m. tip uman… …   Dicționar Român

  • TARTUFE — TARTUFE, TARTUFERIE.     Tartufe, s. m., nom inventé par Molière, et adopté aujourd hui dans toutes les langues de l Europe pour signifier les hypocrites, les fripons, qui se servent du manteau de la religion: c est un tartufe, c est un vrai… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • tartufe — TARTUFE. s. m. Mot nouvellement introduit, pour dire, Un faux devot, un hypocrite, C est un dangereux Tartufe. un vray Tartufe …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Tartufe — (Tartuffe, fr., spr. Tartüff, v. ital. Tartufo, die Trüffel), 1) der Titel eines 1664 geschriebenen Lustspiels von Molière, worin ein Geistlicher, Namens T., die Hauptrolle spielt. Dieser soll eine Copie des Charakters des Paters Lachaise (s.d.) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Tartufe — (–tüff), frz., Scheinheiliger, s. Molière …   Herders Conversations-Lexikon

  • tartufe — (tar tu f ) s. m. 1°   Personnage d une célèbre comédie de Molière. •   Molière [qui alors allait faire des lectures de sa pièce] avec Tartufe y doit jouer son rôle, BOILEAU Sat. III. •   Le Tartufe, qui était une satire des dévots et surtout de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TARTUFE — s. m. Faux dévot, hypocrite. C est un dangereux tartufe. Un vrai tartufe.   Tartufe de moeurs, Homme vicieux qui affecte de grands principes de morale …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Tartufe — Tartuffe Tar*tuffe , Tartufe Tar*tufe , n. [F. tartufe.] A hypocritical devotee. See the Dictionary of Noted Names in Fiction. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • TARTUFE — n. In. Faux dévot, hypocrite, par allusion à la comédie de Molière. C’est un dangereux tartufe. Un vrai tartufe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Tartufe — Tartuffe ou l Imposteur Le Tartuffe Auteur Molière Genre comédie Pays d origine France Éditeur Shaynez Date de la 1re représentation …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.